16-04-2018 : Les familles Bénies d'Abidjan célèbrent le 59e Jour des Vrais Parents au Temple de Y

L’amour et la responsabilité des parents 1 Pour élever ses enfants il faut en prendre soin avec plus d’amour qu’on n’en consacre à soi-même. Quand nous accomplissons notre responsabilité de parents, nos enfants arrivent à comprendre l’amour des parents, et quand ils auront leurs propres enfants, ils les éduqueront de la même façon. Voilà comment les enfants en arrivent à réaliser et partager les joies et les peines de leurs parents comme étant les leurs, et la responsabilité et le travail de leurs parents comme les leurs. Ainsi, sans même qu’on le lui dise, l’enfant voit spontanément les adversaires de ses parents comme ses adversaires, accepte le travail et la responsabilité de ses parents comme les siens, et hérite des situations de ses parents. Élever de tels enfants est en accord avec les Principes de la création. 2 La puissance de l’amour crée un regard qu’on n’obtient pas autrement. Le cœur aimant des parents transcende les distances pour se connecter à leurs enfants. Vous avez vu de telles scènes dans les films : un accident touche un enfant loin de chez lui ; son père, ou sa mère, voit la scène en rêve et se réveille affolé. C’est la réponse qui vient en direct de l’amour ; elle traduit l’exacte réalité telle qu’elle est. Bien plus qu’une vision, c’est le réel qui est communiqué. De même, sur terre, la substance de Dieu vous est accessible directement par la ligne de l’amour. 3 Les parents ne soulignent pas les lacunes de leurs enfants chéris, même s’ils en ont. Ils veulent que leurs enfants ne leur ressemblent que sur leurs bons points. Ayant vu un enfant mal agir, un parent peut lui donner une correction, mais le regrette vite et aura de la sympathie pour l’enfant. C’est le cœur des parents. Un parent peut réagir à l’inconduite d’un enfant et le discipliner, mais le cœur du parent incline toujours à souligner les bons points de l’enfant, les points où il voit le meilleur de lui-même, au lieu de grossir son mauvais côté. 4 Les parents ne peuvent enseigner la piété filiale à leurs enfants juste par des mots. Ils doivent leur inspirer une attitude filiale. L’enfant n’apprend pas cela en une nuit. Il faut les influencer longtemps et avec constance. Aux parents de montrer l’exemple au quotidien, qui inspire leurs enfants à les imiter. Il leur faut du doigté pour inspirer une pratique de piété filiale basée sur la volonté de Dieu. 5 Aux parents d’être des exemples d’une vie axée sur la Volonté. Il faut qu’ils enseignent aux enfants la vie de prière, les rites du culte familial et la vie de foi. L’enseignement doit aussi souligner l’importance du service de la Promesse. Les parents doivent mener ce service de la Promesse et utiliser ce temps pour éduquer leurs enfants sur la volonté de Dieu. Les parents doivent d’abord pratiquer ce qu’ils veulent voir chez leurs enfants. À eux d’être des modèles de fidélité à la Volonté. Leurs enfants doivent les considérer avec tant de respect qu’ils ne diront pas un mot contraire à ce que disent leurs parents. Sans devenir de tels modèles, ils ne seront pas suivis par leurs enfants. S’agissant de la vie de l’Église, les enfants observent leurs parents et comparent leurs actes avec ce qu’ils savent de la Volonté et du Principe. Si les enfants voient leurs parents négliger leurs devoirs religieux, ne pas suivre les directives de l’Église et espérer malgré tout que leurs enfants vivront selon les Principes, ils désobéiront sûrement à leurs parents. 6 Si les parents actuels ne diffèrent pas des parents du passé, ils n’ont pas la qualification pour éduquer leurs enfants. Il vous faut donc rompre clairement avec le passé dans votre vie de famille et dans vos relations avec les gens de votre voisinage. L’enfant comprend à sa façon comment doivent se conduire ceux qui suivent la voie de la Volonté, et aura sa façon à lui de voir ses parents. 7 L’enfant sent si ses parents sont bons ou mauvais. Si vous gardez un cœur et une attitude corrects envers la Volonté, un jour vos enfants vous reconnaîtront et comprendront votre situation. Vous, en tant que parents, devez léguer la tradition céleste, même en mourant. Vous existez pour votre famille et vos enfants, mais avant cela, vous devez servir Dieu et votre pays. En définitive, c’est la voie dont vos enfants profiteront le plus. Grâce à cela seulement, vos enfants peuvent gagner la fortune de Dieu, du monde et de la nation. 8 En tant que couple béni, vous dites à vos enfants d’étudier. Mais vos enfants ne seront pas des enfants de piété filiale et de loyaux patriotes, juste parce que vous leur dites aujourd’hui d’étudier. Et si un jour ils disent : « Nos parents ont souffert dans l’Église de l’Unification, nous ne prendrons donc pas cette voie » ? Tâchez de leur enseigner la voie de l’amour qui vient à bout même de ces souffrances. Donc, même s’ils doivent sauter des repas, les parents doivent emmener leurs enfants en ville et leur apprendre à aimer les gens, tout en priant et versant des larmes pour la nation. Les enfants n’aiment pas ça quand ils sont petits, mais en grandissant ils diront : « Papa et maman sont les meilleurs. » Ils comprendront pourquoi leur papa et leur maman n’étaient pas là pour eux, et, en mûrissant ils verront bien que leurs parents ont cherché à aimer le pays, servir la volonté de Dieu, et sauver l’humanité, même au point d’être moins attentifs à leurs enfants. N’ayez pas une vie insouciante. Mais être anxieux pour ses enfants ne les fait pas non plus réussir dans la vie. L’important est de les nourrir de l’aliment de l’amour. 9 Les enfants suivent l’exemple de leurs parents ; tâchez donc de servir et adorer Dieu correctement chez vous. Montrez à vos enfants que leur père est un homme de prière. Faites-leur savoir que leur père sert Dieu et vit pour les autres. Par ce biais, vous jetez les bases pour amener inconsciemment vos enfants à vous respecter et vous admirer. 10 À l’avenir, en fouillant l’histoire de votre vie, vos enfants pourront découvrir tant d’histoires difficiles et amères. Mais s’ils disent : « Mon père a souffert comme ça dans le passé. Pour m’élever et m’éduquer, mon père a suivi ce chemin de souffrance », cela n’en fera pas des malheureux. Cela leur inspirera au contraire plus de respect et de dévouement. Cela se vérifie souvent. Les enfants ne peuvent trahir leurs parents lorsqu’ils voient qu’ils n’ont jamais cessé de verser des larmes pour eux. 11 S’agissant d’amour, ne soyez pas tiède. Soyez l’un ou l’autre, froid ou chaud. Il faut savoir être froid. En élevant vos enfants, même si vous les aimez, s’ils ne répondent pas à votre amour, sachez être stricts, mettez-les au défi. Ne les acceptez pas tels quels si leur attitude est : « D’accord, ça m’est égal. » Pour cette raison, une fois j’ai réuni les dirigeants de l’Église et les ai sermonnés. Ils ont répondu : « Mince ! Mais c’est qui, ce maître ? » Je peux être quelqu’un qui fait peur. Bien qu’ayant bon cœur, je peux aussi être une personne au contact très difficile. Je peux être intraitable face au mal et, pour l’amour de la bonté, je serai aussi ardent qu’un four brûlant à mille degrés. 12 La nature originelle de l’amour est de vivre pour les autres. Donner aux autres ce qu’on a en soi d’originel est la nature de l’amour. D’où vient cet amour ? Il vient de Dieu. Dieu étant le partenaire sujet d’amour absolu, la nature originelle de l’amour est de donner. L’amour parental se rapproche le plus de ce trait originel ; d’où le désir des parents de toujours donner à leurs enfants. Si votre enfant n’accepte pas votre amour, montrez-lui un amour encore plus grand ; alors, même un enfant aux mœurs de voyou pourra se repentir et revenir.



Jdeveloper-ci copyright 2018, tous droits reservés